Accueil » Le Carnet de bord » Actualités » L’épisode boyl and knits

L’épisode boyl and knits

En raison de l’algorithme d’instagram pour certain*es, et d’une mauvaise compréhension de l’anglais pour d’autres, beaucoup d’entres vous m’ont demandé de rédiger un article pour retraçer le fil de ce qu’il s’est passé ces derniers jours. 
Je prends donc le temps en plein rush pour le Festival de Perth, de vous expliquer cela. Comme d’habitude, je vous retrace factuellement  ces événements, puis exprime mon avis à ce sujet; libre à vous, ensuite, de mener votre propre réflexion.

Qui sont "Boylandknitswork" et "Sophiatron"?

D’un côté nous avons Boylandknitswork, de son vrai nom Caitlin Hunter, une des designer pilier du tricot, avec une communauté de 100K d’abonné*e*s. 
De l’autre, Sophia Cai, conservatrice, écrivaine, tricoteuse et –last but not least- activiste. Lors des huit dernier mois, Sophia a œuvré sans relâche et sans ménager sa santé, pour l’éducation  anti-racisme, faisant partie des activistes qui ont été stalkées et doxées notamment par des journaux d’extrême droite (pour mémoire son nom a été publié dans ces mêmes journaux, ce qui lui plaçait une cible sur le dos).

Que s'est il passé?

Il y a quatre jours, Sophia s’est rendue compte à l’occasion de la “fête des 100 000 abonné*es” de Caitlin, que celle-ci l’avait bloqué. Cela sans raisons apparentes, puisque Sophia n’a jamais interagis autrement avec elle qu’en achetant ses patrons. Pas de mails, pas de MP, pas de commentaires, ni aucune mention  dans le cadre de l’activisme. 
Ainsi, Sophia a publié une story faisant part de son étonnement quant à cela, demandant ce qu’il se passait, et s’il y avait d’autres raisons à part l’unique évidente (ndlr: en raison de son engagement activiste). Nous avons alors été très nombreux*euses à interpeller Caitlin pour lui demander le fondement de ce blocage qui apparaissait non explicitement motivée et qui véhiculait un message contradictoire avec sa déclaration un peu plus tôt cette année.

” Qu’est ce que tu fais quand une des designers les plus connues @boylandknitworks, avec qui je n’ai jamais intéragis par MP, commentairs mail ou quoique ce soit d’autre semble me bloquer?

Dites moi si c’est autre chose que de la fragilité blanche?

Ou alors, me confond t’elle avec quelqu’un d’autre?

Caitlin a alors écrit en MP à Sophia pour s’excuser de l’avoir bloquée, reconnaissant l’avoir fait volontairement et écrivant qu’elle avait fait cela “sans se rappeler pourquoi”. Bien entendu, ses propos n’ont fait qu’assoir le fait que le blocage de Sophia était effectivement préventif, afin d’éviter d’être “prise à partie” et de devoir potentiellement prendre ses responsabilités à un moment: fragilité blanche.
Là encore, cela a suscité de nombreuses réactions. 
Non contente de cela, Caitlin a clôturé les commentaires sous le post concerné (beaucoup de personnes ont posé la question calmement et non agressivement), écrivant “Commentaires clôturés, je refuse de les modérer“. Agir ainsi envoie un signal au BIPOC: je refuse de prendre mes responsabilités, d’accepter que oui “j’ai merdé” et de modérer / supprimer les commentaires offensants (car oui, le cas échéant il y en avait).

Salut Sophia, je me suis reveillée ce matin avec une masse de messages concernant le fait que je t’ai bloqué. Je suis désolée et je m’excuse pour cette erreur, la blessure et la confusion que cela crée“.
-” Salut Caitlin, peux tu me dire s’il te plais comment cette erreur est arrivée? A ma connaissance je ne t’ai jamais suivie, donc trouver le lien vers mon profil puis décider de me bloquer n’est pas une action anodine“.
Je t’ai bloqué exprès, mais sans savoir pourquoi. Tu n’as jamais rien fait qui m’ai offensé, et je soutiens ton travail“.
– “Tes actions ne sont pas en accord avec tes mots. Tu as dis me bloquer exprès, mais sans savoir pourquoi. C’était une action volontaire. Tu as juste oublié? [..]

Caitlin a publié également publié une story dans laquelle elle disait “être une vraie personne, qui fait des erreurs“. Le message a été repris en soutien à Sophia avec le hastag #bipocarerealpeople too: en effet les BIPOC sont elles aussi bien réelles, et blessées en permanence par ces attaques systémiques plus ou moins ouvertes.

Par ailleurs, lors de ses story, il est important de noter que Sophia a partagé des captures d’écran des MP échangés avec la designer, comme vous pouvez le voir ci dessus. Ni plus, ni moins. Ceci a ensuite été repartagé massivement par les BIPOC, activistes et plus généralement par toutes les personnes dans le monde, choquées par le discours de la créatrice. D’autres femmes blanches, à la tête de leur entrepreise (telles que Ysolda, Romie Design, Knit Craft and Knittery) ont également appelé  cette personne à “faire mieux” .
Dans la foulée, Caitlin à ré-écrit les mots suivant en MP.

Merci de manipuler mes mots dans ton intérêt. J’espère que ca sera utile pour ton futur travail anti-racisme dans la communauté tricot, mais honnêtement, j’en doute. J’apprends de ce, et mon instinct d’origine de te bloquer était le bon. J’ai pensé avoir fait une erreur (pas un accident, une erreur dans le sens “bavure” si jamais tu n’en étais pas sûre) et j’ai eu des remords d’avoir agit ainsi. 
Maintenant, je suis heureuse de savoir que je peux te bloquer sans me sentir mal, merci d’avoir clarifié la situation

Comment ai-je manipulé tes mots? Je suis honnêtement perplexe. Tout ce que j’ai partagé était exactement les mots que tu m’as écrit, et ceux que tu as écrits dans ton post

Pourquoi est-ce problématique?

En anglais, ce avoir recours à ce type de technique s’appelle le “gaslighting“, le détournement cognitif. Il s’agit d’une technique (consciente ou non) de manipulation émotionnelle dangereuse, d’abus mentale dans lequel l’information est déformée ou présentée sous un autre jour, omise sélectivement pour favoriser l’abuseur, ou encore faussée dans le but de faire douter la victime de sa mémoire, de sa perception et de sa santé mentale.
Il est important de souligner que depuis des mois, les BIPOC et activistes sont largement victimes de gaslighters. 
Ici Caitlin accuse Sophia d’avoir déformé ses mots, ce qu’elle n’a pas fait dans la mesure ou elle a partagé des captures d’écran de leurs échanges privés: elle déforme la réalité en essayant de tourner la situation à son propre avantage, incriminant Sophia.

Dernier revirement de situation: hier Caitlin a à nouveau débloqué Sophia, et s’est excusée de son comportement publiant également un post d’excuse sur son fil. Vous pouvez retrouver l’intégralité de ces échanges dans les story hightlight de Sophia. J’en profite d’ailleurs ici pour la remercier à nouveau de m’avoir autorisée à utiliser ses captures d’écran et permis la rédaction du présent article.

Ce qu'il faut apprendre ici...

Les actions sont plus lourdes de sens que les mots. Bloquer un*e BIPOC sans autre raison que la crainte d’être interpellé pour ses potentiels manquement est violent: cela réduit au silence une personne avant même qu’elle vous ait parlé.
A l’intention de tout*es ceux et celles qui pensent qu’instagram n’est pas la bonne place pour ce type de combat, détrompez vous. C’est l’endroit idéal, bien au contraire. Caroline l’a expliqué avec éloquence dans ce post: internet est le seul endroit ou nous pouvons exprimer entièrement notre pensée sans qu’on nous coupe la parole. Internet est le seul endroit ou les BIPOC peuvent s’exprimer le plus librement, ou il et elles sont plus difficilement réduit*es au silence. J’ajouterai à cela, que c’est “l’endroit” à partir duquel nous avons le plus d’influence, le plus de chances d’atteindre des personnes que nous ne pourrions pas atteindre dans “la vraie vie”.  Peu importe le nombres de followers que vous ayez: votre voix à du poids, vous avez la possibilité de contribuer à un changement important. 
Depuis des mois, les BIPOC demandent à être vues, lues, entendues, soutenues. A ce que les personnes blanches prennent conscience de leurs biais, d’être transparents et imputables, d’améliorer leurs comportements vis à vis d’eux*elles. En quelques mots: de nous être égaux*ales & d’être considéré*es.
Ne pas soutenir ouvertement ces mêmes personnes, refuser de parler, refuser d’aider  alors qu’elles sont entrain de dire “hey, vous me/nous blessez ” est relativement lâche. Cela, d’autant plus à titre professionnel, et pour une raison très simple: les professionnel*les ne sont absolument pas dérangé*es par le fait de pomper de l’argent aux BIPOC, mais lorsqu’il s’agit de prendre leur parti, il n’y a plus personne?
A titre personnel, je ne pourrais plus me regarder dans la glaçe si j’agissais de la sorte.

Je suis sincèrement  choquée et profondément déçue par l’état d’esprit de mes paires.

Nous pouvons tous et toutes faire mieux que cela.

Pour conclure, vous comprendrez ainsi, je l’imagine, pour quelle raison des personnes telles que Frenchie (@Aroaknits) publient hier ici  entre autre, qu’à l’avenir elles ne feront plus de collaborations qu’avec des personnes qui s’engagent ouvertement et sans relâche dans cette discussion? (Ouvertement et sans relâche signifiant: pas avec une story tokeniste. Le tokenisme, si vous l’ignorez, est une pratique consistant à faire un geste superficiel pour l’inclusion des membres des groupes minoritaires. Cet effort symbolique est généralement destiné à créer une apparence d’inclusivité et à détourner les accusations de discrimination.)

Suite à vos demandes qui ne cessent d’affluer en MP au sujet de Laine Magazine, je prendrai le temps de m’exprimer à ce sujet par le biais d’un article qui retracera également les événements, et vous fera part de mon état d’esprit en regard de leur dernière annonce. Comme vous le savez je termine la préparation de Perth, et j’ai également besoin de temps pour pouvoir formuler au mieux ma pensée à ce sujet. Cependant, je ne peux que vous encourager à vous exprimer vous même à ce propos, et de ne pas attendre que je (ou d’autres personnes prenant régulièrement la parole) sois là pour le faire: c’est aussi cela être investi pour les BIPOC, trouver sa propre voix, et le courage de parler ouvertement.
Aussi, je vais rédiger un article avec des notions de vocabulaire de base concernant l’anti-racisme et ce que signifie réellement “respecter l’espace de quelqu’un”.

Merci de votre patience. 

Si cet article vous est utile et/ou vous permet d’apprendre,
vous pouvez me soutenir ici sur Ko-Fi.
Merci de votre soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page

NEWSLETTER

Soyez informé(e) en avant première des mises à jour & recevez les actualités !