Accueil » Le Carnet de bord » Tricot » Dali DK, Alpaga Cachemire & Soie

Dali DK, Alpaga Cachemire & Soie

Je vous l’ai annoncé la semaine dernière sur instagram, ma base Dali revient en stock , en DK cette fois afin de mieux correspondre aux températures automnales et bientôt hivernales.

Comme je vous l’avais promis, voici un article afin de mettre en lumière les différentes propriétés des matières la composant .

Composée majoritairement d’alpaga (70%), le cachemire (20%) et la soie (10%) viennent sublimer ce fil pour en faire une base luxueuse que vous allez adorer. 

 

L'alpaga

Tout d’abord, l’alpaga est une fibre issue de l’animal éponyme qui appartient à la famille des camélidés originaires d’Amérique du Sud, voisin du lamas et parent de la vigogne ancêtre dont les poils sont encore plus fins) et du guanacos. Il vit dans les Andes et a été domestiqué il y a environ 7000 ans par  les Moches du Pérou, les bergers andins et les incas qui l’utilisaient principalement comme bête de somme. La grande valeur de sa fibre est apparue dans les textiles andins vers 1200 ap J.C où elle était réservée à la royauté Inca et appelée “La fibre des Dieux”. Les premières importations européennes eurent lieux vers l’Espagne, qui transféra ensuite vers l’Allemagne, puis vers la France. Elle fut filé en Angleterre pour la première fois autour des années 1800. Aujourd’hui, elle est appréciée des marques de prêt à porter haut de gamme, et bien évidement des teinturières artisanales et tricoteuses!

Il existe deux races principales d’alpaga : le Huacaya dont la frisure est uniforme avec une fibre dense et douce, et le Suri qui possède de longues mèches fines et très soyeuses. Ici, il s’agit de Huacaya.

La strucure de la fibre d’alpaga fait qu’elle se comporte en isolant. En effet, il s’agit d’une une fibre dite médullée, à noyau central. 

Fournier, Nola, & J.Fournier. In Sheep's Clothing : A Handspinner's Guide to Wool. Loveland, 1995.

Les cellules corticales qui constituent ses parois s’enroulent autour d’un noyau lui même constitué de cellules médullaires. Ces cellules ayant la capacité de se contracter et se relâcher, elles forment ainsi des poches d’air. Ce sont ces poches d’air qui vont lui conférer ses propriétés thermiques supérieures à celle de la laine: l’air circule mieux et l’humidité s’évacue plus facilement (de ce fait, sèche plus rapidement). 

Aussi, il s’agit d’une des fibre naturelles les plus résistantes à la tension, peu froissante, et avec du lustre (un aspect plus brillant, plus réfléchissant). De son côté, le crimp ( terme anglais désignant le frisé naturel des fibres, ou encore le crawl, l’ondulation) apporte aux fils composés d’alpaga  élasticité et souplesse. En clair: il permet à votre tricot de ne pas trop se relâcher ni de trop s’étirer.
Par ailleurs, j’ai pu lire ci et là que l’alpaga est hypoallergénique: c’est faux. Cette légende urbaine repose sur le fait que l’alpaga ne produise pas de lanoline, or il produit du sébum (substance moins grasse et tenace que la lanoline). Si le sébum demeure moins allergène, cela ne permet pas de dire –selon les allergologues– que le potentiel d’allergie est nul.
A noter: je parle ici d’allergie réelle, et pas de sensibilité à la laine (“ça me pique”, ça me gratte”...), qui elle est généré en fonction de la finesse / grossièreté du fil plus ou moins bien supportée par nos peaux respectives, la sensibilité étant beaucoup plus courante que l’allergie.

Le cachemire

Matière rare et onéreuse, il aurait été découvert au XV siècle dans la région du même nom par Marco Polo. 
Le cachemire provient du sous-poil des chèvres Hircus vivant dans les montagnes de Mongolie, sur les plateaux Himalayien du Ladakh et du Tibet, entre 4000 et 5000 mètres d’altitude mais aujourd’hui, la production himalayenne est relativement faible. Concernant la Mongolie, il faut savoir que c’est un région immense, divisée en deux zones: la Mongolie proprement dite et la Mongolie intérieure. Elles regroupent à elles seules entre 70 et 80% du cheptel mondial des chèvres où l’élevage y demeure très artisanal, ce qui  à l’avantage de contribuer largement à la pérennité de sa population rurale.

 

Bien que domestiquées, les chèvres sont assez difficiles à élever et ne peuvent subsister qu’avec un climat rude. Ainsi, peu de régions au monde pourraient proposer un habitat permettant son développement. (De ce fait, il est cohérent de penser que  la Mongolie continuera à cultiver sa quasi-exclusivité fort durablement. )
Les chèvres Carpa Hircus fabriquent ce sous-poil durant l’hiver et sont peignées à la main au printemps au cours de leur mue naturelle afin de collecter ce poil unique dans le respect de l’animal.  Par ailleurs, ce point ajouté au fait que la production de cachemire mondial ne représente que moins d’1 % de celle de la laine, explique en grande partie pour quelle raison elle demeure une fibre d’exception. 

Ses propriétés

Avant tout renommé pour sa douceur (micronage très fin) , sa chaleur et sa légèreté, le paradoxe du cachemire découle de son excellent caractère thermorégulateur. A l’instar de l’alpaga, c’est une matière respirante, qui empêchera  la transpiration de stagner et peut se porter à même la peau grâce à son toucher doux et soyeux. En raison des minuscules coussins d’air présents entre les fibres, les fils qui en sont composés accumulent très bien la chaleur corporelle et isolent du froid, tout en étant ultra léger.
Le cachemire possède également des propriétés hygroscopiques (cela signifie qu’elle peut absorber et relâcher l’eau – ici à hauteur de 33% de son poids – , s’adaptant ainsi en fonction de l’humidité de l’air. Cela permet donc à un tricot d’être porté toute l’année). Aussi, il neutralise les odeurs, permettant ainsi de réduire la fréquence de lavage de vos tricots: il suffit de les aérer!

Attention toutefois concernant le lavage: la surface de son poil est duveteux: si le cachemire trempe trop longtemps dans l’eau, il gonfle et risque de feutrer plus facilement. En conséquent, il est recommandé de le laver brièvement, à froid.

La soie

Gravure de l'Encyclopédie de Diderot et de d'Alembert, montrant les étapes de la sériciculture

La soie est une fibre naturelle d’origine animale, il en  existe plusieurs variétés: la soie grège, maulbère, noile, la schappe de soie et la soie tussah. Ici nous n’évoquerons que la soie maulbère, fabriquée par la chenille du Bombyx.

Originaire du nord de la Chine, le ver à soie était déjà élevé 2.700 ans avant J.-C. Quelques siècles plus tard, le monopole de la Chine pris fin au VI° siècle: deux moines envoyé par l’empereur Justinien cachèrent des œufs dans leurs bâtons de pèlerins et les ramenèrent aux abords de la Méditerranées. Ils apparaîtront ensuite à Constantinople, en Grèce, en Arabie, en Espagne, en Italie, et finalement à Lyon vers 1450. L’élevage du vers à soie connut ensuite un  essor fulgurant en Touraine du XVIe au XVIIIe siècle où la maladie du vers à soie abouté à la crise économique portât grandement préjudices aux élevages de Touraine. En revanche, en 1850 la sériculture française atteint l’excellence, Lyon devient alors un haut lieu de la soierie.

Concernant sa production, le papillon se nourrit de feuilles de mûrier et pond au printemps 400 à 500 œufs, desquels éclosent les vers à soie. Les chenilles issue de l’éclosion vont venir s’attacher à un support à l’aide d’un fil qu’elle produit, puis va filer son cocon: c’est ce fil qui sera récupéré pour faire la soie. Pour cette raison, il faut éviter que la chrysalide ne se transforme en papillon à l’intérieur de sa chrysalide, ce qui aurait pour effet de rompre le fil. Pour ce faire, les cocons sont placés dans une étuve où la température allant de 70 à 80° va tuer la chrysalide. Suite à cela les cocons sont trempés dans l’eau bouillante afin de dissoudre le grès (gomme naturelle collée au fil de soie), remués à l’aide d’un petit balais de bouleau, de bruyère ou de paille de riz. Alors, il devient possible de repérer la bave ( les premiers fils ) puis de dévider l’unique fil continue de soie, très long (jusqu’à 1km!) fin et résistant. Une fois les étapes du déconnage, de l’étouffage de la filature et du dévidage passées, vient la phase finale de la fabrication de la soie, comportant elle même plusieurs étapes: le moulinage, et le décreusage.

Ses propriétés

Ayant une surface plate, les fibres reflètent la lumière sous de multiples angles, conférant ainsi à la soie une brillance et un éclat naturel. 
Il s’agit d’une des fibres naturelles les plus résistante. En revanche son élasticité est modérée voir médiocre: si elle subit des contraintes d’étirement même en faible quantité, elle reste étirée. Pour cette raison, il est préférable dans le tricot de l’associer à d’autres fibres afin d’en optimiser son utilisation. Faible en épaisseur, grâce à ses propriétés isothermique (régule la température) elle isole en hiver et rafraîchit en été.

En teinture, c’est une matière agréable à travailler car la soie absorde très bien les pigments: il faut généralement un pourcentage moindre afin d’arriver à saturation.


En conclusion...

Grâce à la combinaison de l’alpaga, du cachemire et de la soie, Dali est une base luxueuse: moelleuse, duveteuse et vaporeuse, chaude mais respirante, très douce, souple, au drapé d’exception et lumineuse. Elle sera parfaite pour vos châles comme pour vos pulls et gilets, qui auront simplement besoin d’être aérés. 

Vous pourrez la retrouver à La Grande Mercerie, puis en ligne courant Décembre.

Des idées de patrons?

Attention, cette base ne sera pas adaptée à tout type de projets. En effet, l”ACS étant une base molle avec beaucoup de drapé, elle n’a que très peu de tenue et ne conviendra par exemple pas au jacquard, aux projets nécessitant une excellente tenue de points. Le jersey et la dentelle resteront les meilleures options pour sublimer ce fil et créer des projets “doudou”.

(Vous pouvez accéder directement aux patrons sur Ravelry en cliquant sur les liens, la sélection que je vous propose met à l’honneur des designers francophones; à toutes fin utile les liens ne sont pas sponsorisés).

Dans un prochain article , nous évoquerons le micronage des différentes laines (quand j’aurai rattrapé mon retard de publication, y compris concernant mes projets tricotés et pour le Collectif Teinture!). D’ici là, bon tricot à tous et à toutes !

Si cet article vous est utile et/ou vous permet d’apprendre,
vous pouvez me soutenir ici sur Ko-Fi.
Merci de votre soutien.

1 réflexion sur “Dali DK, Alpaga Cachemire & Soie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page

NEWSLETTER

Soyez informé(e) en avant première des mises à jour & recevez les actualités !