Slow Dye / D.I.Y

Les laines Big Bad Yarn sont en premier lieu un engagement pour l’environnement, la cause animale & la mise en valeur du savoir artisanal.
Chaque écheveau est teint en France dans la région Centre sur des bases naturelles qui proviennent  majoritairement de mérinos issus d’élevages biologiques, à défaut d’élevages raisonnés, de France, des îles Britanniques Malouines, situées dans l’Atlantique sud .
Les animaux ne subissent aucune cruauté,  sont élevés en plein air et leur période de tonte est respectée.
Le merinos de la gamme Happy Feet provient lui d’élevages  du Pérou ne pratiquant pas le mulesing (chirurgie visant à ôter la peau péri-anale des moutons).
 

VALEURS

Marque Ethique & Responsable

A la création de Big Bad Yarn, une chose était certaine: je voulais promouvoir le savoir-faire local, Français, Européen. C’est pour cette raison que je fais le choix de travailler avec des fournisseurs auxquels je puisse rendre visite. Je rencontre les hommes & les femmes à l’origine de mon travail, je vois les bonnes conditions d’élevages des animaux. Si voyager aux îles Malouines ainsi qu’au Pérou est un projet qui ne verra pas le jour dans l’immédiat, je me déplace en revanche en France comme au Royaume-Uni pour rencontrer éleveurs, filatures, fournisseurs, afin de travailler mains dans la mains avec eux et nouer une relation de confiance.


L'IMPRIMERIE & PIN'S

tout les produits d’imprimerie (étiquettes, étiquettes auto-collantes, cartes de visites, cartes postales, roll up d’exposition) sont conçus par un imprimeur Tourangeaux, détenteur du label “Imprim’vert”. Le label se base sur quatre critères: la non utilisation de produits toxiques pour l’homme et pour l’environnement, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle, le suivit des consommation énergétique du site de production.

Concernant les pin’s la seule entreprise Française qui existe encore à ce jour fait réaliser ses produits en Chine. J’ai donc pris la décision de les faire produire en Espagne & en Angleterre. 

Teinture & traitement des eaux

L’eau est une ressource précieuse à laquelle nous accordons une attention toute particulière. Je veille à en faire une utilisation raisonnée.

Le bain de mordançage est réalisé avec de l’eau et de l’acide citrique, à défaut selon stock, de vinaigre dans un bac. La même eau est utilisée jusqu’à épuisement du bain qui sera alors renouvelé au besoin. En fin de séance, s’il reste encore de l’eau, le bain sera neutralisé et servira alors pour le rinçage.

La cuisson s’effectue en marmites ou en plaques (immersion basse). Afin de prévenir tout gaspillage énergétique –mais également permettre une plus grande rigueur dans le processus de teinture– j’utilise un thermomètre de cuisson pour contrôler la température des bains ainsi qu’un timer  programmant les durées d’utilisation des plaques.

La fixation, elle, se réalise à l’aide d’acide citrique (à défaut selon le stock, de vinaigre) . J’ai recours à un PH-mètre afin de mesurer avec précision la quantité d’acide citrique nécessaire ce qui, là encore, préserve d’une utilisation démesurée.

Afin de pouvoir recycler les bains de cuissons, je les laisse refroidir jusqu’à épuisement. Ceci permet de pouvoir les neutraliser puis de les réutiliser en bain de  rinçage. Dans le cas ou il n’arriverait pas à épuisement complet après la phase de refroidissement, ils seront ré utilisés pour une teinture de bains suivis (du même coloris) puis neutralisés et jetés.

Lorsque la session de teinture est complétement terminée, l’eau issue des derniers bains est neutralisée à l’aide de bicarbonate de soude, puis finalement jetée.

J’utilise uniquement des teintures de type acides et n’ai pas recours aux  chlore ni adoucissants.

Retour haut de page

NEWSLETTER

Soyez informé(e) en avant première des mises à jour & recevez les actualités !